samedi 3 décembre 2016

Pas en notre nom et pas avec nos salaires !

Madame la ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition des femmes,  

Même pas une semaine après la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, votre déclaration publique engage «les femmes cadres qui ont des maris qui subviennent à leurs besoins à aider l’Algérie en cédant la totalité deleurs salaires au trésor public». Votre argument ? Pour ce pays «qui a assuré notre éducation et nous a donné la chance de faire carrière, ce serait la moindre des choses». 

Passons sur le fait qu’honorer ce pays aurait été, avant tout, de lui éviter qu’une telle ineptie soit désormais associée à son image. 
Notre consternation est immense, notre tristesse aussi et bien sûr, notre colère. 

Nous, femmes libres, féministes ou non, toutes héritières de l’indépendance, nous ne vous permettons pas de vous exprimer en notre nom. 
Nos mères et nos grands-mères ont sacrifié leurs vies et leurs biens pour l’indépendance et la construction de l’Algérie moderne. Et pour que nous aussi, leurs descendantes, ayons notre indépendance.  Elles nous ont voulu libres et les égales des hommes de ce pays.

Madame la ministre, par votre propos, vous méprisez les femmes qui ont arraché de haute lutte le droit de travailler et de s’affranchir du foyer patriarcal.
En fait, Madame, vous méprisez toutes les femmes, celles qui travaillent déjà et celles qui souhaiteraient tant pouvoir le faire.
Celles par centaines, répudiées et jetées à la rue parce que – justement – sans moyens pour un toit et une protection à leurs enfants. 
Celles qui meurent chaque année sous les coups de leur conjoint violent avec leurs enfants parce que – justement – dépendant du salaire marital.
Enfin, prétendre que ces salaires de femmes sont, de toute façon, mineurs dans un foyer, c’est ignorer leur apport capital dans une famille, surtout quand elle peine à manger avant même les fins de mois. 
Ignorance (confortée peut-être par votre salaire de ministre)? Amnésie? La réalité des femmes en Algérie, Madame, la connaissez-vous seulement?


Le pire, dans cette amnésie, est sans aucun doute le manque de considération pour toutes celles, femmes, qui ont perdu leur vie durant la décennie noire pour – justement – avoir voulu étudier, travailler, continuer de gagner leur vie. Celles décapitées, égorgées pour – justement – avoir refusé d’abdiquer à l’injonction de l’enfermement et du repli.

Ces femmes, ces Algériennes courageuses avant l’heure face à la terreur, ont bravé les menaces et la mort pour continuer à se rendre sur leur lieu de travail, continuer de servir le pays et surtout la liberté. Premières à se mobiliser contre la montée intégriste dont le programme politique – on en rirait si ce n’était si tragique – était de… «renvoyer les femmes au foyer pour remédier à la crise économique». On a les références qu’on peut. 

Nous, nous savons qu’en ces années, le salaire de ces femmes qui ont tenu à continuer de travailler, était alors l’honneur de l’Algérie.  
Nous savons, nous, que c ‘est grâce à elles que ce pays est resté debout, tant il leur était crucial de ne pas le voir sombrer dans l’intégrisme.  Votre proposition est une grande offense à leur mémoire. 

Madame la ministre, alors que l’augmentation des violences faites aux femmes est criante et appelle urgemment à leur autonomie financière, une question s’impose:  dans quelle Algérie vivez-vous ? A quelle époque ? 
Mais surtout : d’où vous vient cette volonté de nous livrer en pâture, rivalisant avec les propos des pires conservateurs et intégristes algériens ? 

Une seule femme pourrait retenir votre proposition: vous, avec votre salaire et vos privilèges, 
Et surtout, cet argent qui manque tant à notre pays, qu’il soit rapatrié de l’étranger ou repris aux nantis qui considèrent les richesses de ce pays comme leur bien personnel. 
Madame, faites ce que vous voulez avec votre salaire. Ne touchez pas au nôtre ! 

Et de grâce n’évoquez plus jamais le bien du pays au nom de nos mères, nos grand-mères, nos filles, nos nièces, nos voisines, nos collègues… de travail. 

Pas en notre nom et pas avec nos salaires !

N.L. Aissaoui

mardi 22 mars 2016

La cause des femmes disparues en Syrie

Depuis le début de la révolution en Syrie, on a enregistré pas moins de 65.000 disparitions forcées, dont plus de 8600 femmes et 600 filles (chiffre documenté par le Syrian Network for Human Rights). Plus de 7000 d’entre elles ont été arrêtées ou kidnappées par les forces du régime.
Le texte suivant constitue l’intervention présentée lors de la soirée de solidarité avec les femmes syriennes organisée le 7 mars 2016 par l’association Souria Houria en partenariat avec la mairie de Paris, avec le soutien du Fonds pour les Femmes en Méditerranée.

Psychanalyse de la différence sexuelle - Réflexion sur la féminité

Si la question de la féminité a beaucoup fasciné poètes et scientifiques, c’est que sa complexité et son opacité échappent à toute tentative d’interprétation dans le champ du visible et de l’expérimentable.
La représentation poétique du féminin au 19 et 20è siècle a puisé toute sa magie dans son mystère et son indicibilité. Le statut de la muse si particulier n’autorise pas l’inscription du poète sur le registre du rationnel puisque l’idéalisation est par essence toute la force émotionnelle de la poésie.

De la violence fondamentale

« Pourquoi la guerre ? » c’est ainsi qu’est intitulé un échange de correspondance initié par Alfred Einstein avec Sigmund Freud en 1932. Ce n’est point un hasard si Albert Einstein a choisi d’élaborer une réflexion sur la guerre et la violence avec Freud, à l’époque où le concept de la société des nations en tant qu’instance supérieure tentait de trouver un statut suffisamment puissant pour garantir un arbitrage entre des nations en conflit et faire respecter le droit au-delà des législations nationales.

Révolutions arabes, révolutions du corps féminin

Cet article est paru dans Libération le 24 novembre 2013

Pendant les révolutions arabes, les femmes ont occupé une grande place dans l’espace public et virtuel (blogs et réseaux sociaux). Elles se sont élevées contre les régimes despotiques et ont manifesté pour signifier que la révolution ne se ferait pas sans elles.

vendredi 5 avril 2013

Renaitre de la gangrène du despotisme

Des hommes, des femmes et des enfants ont décidé de mettre fin, avec un courage exemplaire, à une condition qui était à leurs yeux au-delà du supportable. Ce supplice ne date pas de deux années. Il ne se résume pas à la mort physique, il est bien pire. La révolution a eu le mérite de délier les langues et de montrer ce que tout un peuple a enduré plus de quatre décennies loin des projecteurs. Ce n’est pas tant la faim ni la soif qui ont décidé le peuple syrien à franchir le pas de la révolte. C’est une peur, une peur profonde que la gangrène gagne ce qu’il a de plus cher en lui : son humanité.

samedi 30 mars 2013

La révolution syrienne tragique et inespérée

Deux ans après le début du soulèvement contre le despotisme en Syrie, le pays est dévasté. Mais la révolution a pourtant généré une explosion de créativité artistique et une libération prodigieuse de la parole, par Nadia Aissaoui et Ziad Majed (paru dans l'Express).

vendredi 21 décembre 2012

Yémen et Bahreïn : transitions et répressions

Si le Yémen et le Bahreïn sont peu présents  dans les médias, ces deux pays connaissent pourtant une succession de développements politiques que les révolutions de 2011 ont enclenchés. Retour sur deux situations complexes et deux processus politiques très différents. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 3 décembre 2012

Observations sur les évènements récents en Egypte et en Syrie

L’Egypte et la Syrie connaissent ces derniers jours des développements politiques importants puisque la rue égyptienne est réinvestie par des centaines de milliers de citoyens en signe de protestation contre les manœuvres du président Morsi pour renforcer ses prérogatives, tandis qu’en Syrie, les révolutionnaires armés progressent sur plusieurs fronts et sont de plus en plus proches du cœur de la capitale Damas malgré tous les raids aériens du régime et les « hésitations » de la communauté internationale. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

jeudi 22 novembre 2012

Moyen-Orient : vers un remaniement du paysage politique ?

Le Moyen-Orient vit ces derniers jours dans un état d’ébullition qui suscite de nombreuses craintes et augure de changements conséquents dans le paysage politique de la région. En Syrie, la révolution populaire la plus importante dans l'histoire arabe contemporaine continue. Au Liban, le blocage politique persiste et les tensions montent en raison de ce qui se passe en Syrie et dans la région. En Jordanie, une explosion de colère a lieu à cause de mesures impopulaires et de la détérioration des conditions économiques. Des manifestations massives ont appelé la semaine dernière au départ du roi Abdallah. Et puis à Gaza en Palestine, une trêve vient d’entrer en vigueur après qu’Israël ait mené des raids aériens meurtriers et des opérations militaires de grande envergure. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 20 octobre 2012

Massacres en Syrie et attentat au Liban: le régime Assad joue l'embrasement régional

Depuis le déclenchement de la révolution syrienne, il y a de cela 19 mois, la liste des victimes n’a fait que s’allonger. Des centaines de milliers de familles ravagées par la mort, les blessures, la torture, la détention et le déplacement, des enfants traumatisés, et des dizaines de milliers de disparus. Des quartiers entiers et des monuments classés ont été détruits ou touchés par les bombardements incessants du régime Assad. Alors qu’un statuquo militaire perdure sur le terrain vu l’important soutien russe et iranien au régime, plusieurs développements régionaux se sont imposés dans les derniers jours. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

mercredi 10 octobre 2012

Palestine, 64 ans de solitude

À l'automne de l'année dernière, l'élan du printemps arabe a semblé faire avancer d’un pas la bataille diplomatique palestinienne à l'ONU et redonner, après une longue absence, à la Palestine une présence dans les forums internationaux. Puis vint l’adhésion à l’Unesco pour consacrer ce retour et redonner l’espoir d'une reconnaissance internationale d'un État palestinien. Une nouvelle dynamique semblait naître dans la région, après l'échec des négociations, la poursuite de la colonisation, et la finalisation du mur. Aujourd'hui, un an après le discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, pourquoi la cause palestinienne est-elle retombée dans les oubliettes et pourquoi son leadership est-il en faillite ? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 22 septembre 2012

Film et manifestations: opération diversion et contre révolution

La diffusion (le 10 septembre) d’extraits d’un prétendu film «l’innocence des musulmans», un navet américain sur youtube, a obtenu l’effet escompté. Ce film dont la médiocrité et le racisme haineux ne sont plus à démontrer a mis le feu aux poudres et a sorti des manifestants dans la rue de quelques pays musulmans, ce qui était prévisible, confisquant ainsi le paysage politique et médiatique pendant quelques jours. 
Retour sur une semaine qui ressemblait à une « contre révolution ». Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 10 septembre 2012

Syrie: où est passée la solidarité internationale?

Depuis le début de la révolution syrienne en mars 2011, et malgré la couverture médiatique française des atrocités faites au peuple syrien par le régime al-Assad, il est toujours étonnant de constater le peu d'initiatives de solidarité de la société civile avec les Syriens, et le silence de la grande majorité des intellectuels et artistes français (et occidentaux) qui ont souvent été des « avant-gardistes » dans le soutien aux révolutions et aux causes de liberté à travers le monde. Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 8 septembre 2012

Arab Spring: how women are using their bodies to create a revolution

In conservative societies, men have always subjugated women by exercising control over their bodies. The female body, virgin and fertilizable, shackled, covered and concealed, is the object of all manner of prohibitions and obsessions. It is both coveted as the symbol of family honour and stigmatised as a source of temptation and discord - the word in Arabic is fitna, by Nadia Aissaoui and Ziad Majed (Original text in French translated by Eric RosencrantzMediapart.fr).

mardi 28 août 2012

Le régime Assad veut semer la terreur au Liban

Tentatives d'attentat, accrochages, affrontements aux frontières... Depuis deux semaines, Damas entend clairement rappeler à Beyrouth que, même affaibli, il a les moyens de troubler la fragile paix libanaise, Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

dimanche 12 août 2012

Syrie: Etat des lieux

Cet article fait le point sur la situation sur le terrain en Syrie au soir du 12 août et sur des événements politiques significatifs. Il dresse également un bilan militaire et une carte des forces armées de l’opposition, par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

mercredi 8 août 2012

Syrie: le régime n’a plus que la puissance de feu

Dix-sept mois après le début de la révolution syrienne et neuf mois après sa militarisation face à la répression du régime Assad, on compte près de 20 000 morts, 65 000 détenus et disparus, des dizaines de milliers de blessés, et deux millions de déplacés, dont 300 000 qui ont fui le pays vers la Turquie, le Liban, l’Irak, la Jordanie, l’Égypte et d’autres destinations arabes et européennes, selon les comités de coordination locaux et plusieurs organisations de droits de l’Homme. Le régime perd le contrôle de plusieurs régions, subit des défections et perd toute autorité politique et symbolique. Mais résiste encore par la puissance de feu des forces armées lui restant fidèles.
Un état des lieux de la situation aujourd’hui, par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 30 juillet 2012

Les acquis des révolutions arabes

Malgré les déceptions des jeunes des révolutions dues à la lenteur des changements, les craintes que suscite chez beaucoup de citoyens et citoyennes la montée des forces de l’islam politique à travers les premières élections libres depuis plus d’un demi-siècle, et les difficultés économiques qui ne sont pas prêtes de disparaître, les révolutions arabes ont généré d’importants changements irréversibles. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

jeudi 5 juillet 2012

Pour Bashar Al Assad, le compte à rebours aurait-il commencé ?

Au moment où se tient la réunion des amis de la Syrie en France, un retour sur la situation et son évolution sur le terrain, sur la propagande du régime de Damas, et sur les attentes de plusieurs formations de l’émergente société civile syrienne s’impose. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 23 juin 2012

Quand le corps féminin fait la révolution

Avec la chute du mur de la peur durant les révolutions arabes, un phénomène nouveau et totalement inédit s’est produit. Le corps des femmes a émergé dans ce nouveau paysage politique et social comme un messager, un étendard qu’elles ont brandi pour rappeler qu’elles existaient à travers lui. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

mardi 22 mai 2012

Révolution en Syrie: état des lieux et débat sur la lutte armée

Cet article présente l'état des lieux en Syrie aujourd'hui. Il est suivi par une traduction d'un excellent texte de l'intellectuel syrien Yassin Al-Hajj Saleh sur la militarisation de la révolution, les causes et les conséquences. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

jeudi 3 mai 2012

Elections présidentielles: Les égyptiens à l'heure du choix

Après que la Commission des Elections Présidentielles en Egypte ait tranché sur les candidatures, la campagne électorale pour les premières présidentielles post-Moubarak qui se tiendront le 23 et 24 mai 2012, a commencé lundi 30 avril. Si aucun des candidats n’atteint les 50%, un second tour aurait lieu les 16 et 17 juin, et l’annonce des résultats définitifs est prévue pour le 21 juin.
Qui sont les candidats, quelles sont les possibles alliances et choix, et quelles sont les lois qui gèrent ces élections importantes? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 7 avril 2012

Le féminin au cœur des révolutions arabes

Les révolutions qui ont traversé le monde arabe toute cette année ont chamboulé de nombreuses certitudes et nous invitent à revoir avec un regard neuf une grande partie de la littérature politique sociale et culturelle qui a été produite sur la région. Les révolutions ont ouvert le champ des possibles et dévoilé un potentiel de mobilisation exceptionnel, notamment chez les femmes. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 6 avril 2012

De la violence fondamentale

Pourquoi la guerre ? » c’est ainsi qu’est intitulé un échange de correspondance initié par Alfred Einstein avec Sigmund Freud en 1932. Ce n’est point un hasard si Albert Einstein a choisi d’élaborer une réflexion sur la guerre et la violence avec Freud à l’époque où le concept de la société des nations en tant qu’instance supérieure tentait de trouver un statut suffisamment puissant pour garantir un arbitrage entre des nations en conflit et faire respecter le droit au delà des législations nationales.

Psychanalyse de la différence sexuelle - Réflexion sur la féminité

Si la question de la féminité a beaucoup fasciné poètes et scientifiques, c’est que sa complexité et son opacité échappent à toute tentative d’interprétation dans le champ du visible et de l’expérimentable.
La représentation poétique du féminin au 19 et 20è siècle a puisé toute sa magie dans son mystère et son indicibilité. Le statut de la muse si particulier n’autorise pas l’inscription du poète sur le registre du rationnel puisque l’idéalisation est par essence toute la force émotionnelle de la poésie - Nadia Aissaoui.

Feux croisés: journal de la révolution syrienne

Dans Feux croisés, Journal de la révolution syrienne, présenté sous forme de carnet, Samar Yazbek, écrivaine syrienne, témoigne de l’horreur indicible, sidérante qu’elle a vécue comme bien d’autres. Ce n’est ni un journal ni une chronique des quatre premiers mois de la révolution syrienne. C’est un récit dont la qualité littéraire et la beauté du verbe restituent la vie, l’authenticité et la richesse d’une actualité poignante. La traduction depuis l’arabe faite par Rania Samara a préservé intacte la profondeur des idées et est restée fidèle au style littéraire de l’auteure.

mercredi 21 mars 2012

Syrie : autopsie d’un régime

Une année s’est écoulée depuis le début de la révolution syrienne pour la liberté, la dignité et le départ de la famille Assad du pouvoir. Une année entière durant laquelle plus de dix mille personnes (dont plus de 500 enfants) ont perdu la vie, une centaine de milliers a été blessé, plus de quarante mille ont cherché refuge en Turquie, au Liban et en Jordanie et environ cent cinquante mille citoyen(ne)s ont été arrêtés, dont vingt mille le sont encore à ce jour. L’armée du régime a bombardé plusieurs villes rebelles du pays, causant une destruction considérable et systématique des biens et de l’infrastructure. Pourtant, Assad a encore des défenseurs, qui évoquent souvent les mêmes arguments : les complots, les islamistes, les minorités, et le chaos - Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 5 mars 2012

Elections législatives en Iran: Enjeux et perspectives

Ce vendredi 2 mars a eu lieu l’élection en Iran du Majles, ou du parlement de la République islamique. Un appel au boycott avait été lancé par les forces de l’opposition réformistes dirigées par Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karroubi, mis en résidence surveillée, depuis l'été 2009.
Quelle est l'importance de cette élection et que reflètent les résultats ? S’agit-il comme le disent certains observateurs d’une bataille entre le guide de la république l’Imam Ali Khamenei et le président Mahmoud Ahmadinejad? Quels sont les enjeux dans le pays au moment où la tension régionale autour de l’Iran ne fait que monter? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour mediapart.fr

lundi 20 février 2012

Le Qatar, petit émirat et grandes ambitions

Depuis le début des révolutions arabes, le Qatar joue un rôle important dans le soutien aux mouvements de contestation sur le plan diplomatique, médiatique via Al-Jazeera, et vraisemblablement financier. Pourquoi le Qatar se déploie-t-il à travers tous ces canaux ? Quelle est l’ambition de ce plus petit Etat arabe (démographiquement) devenu en quelques années un acteur régional incontournable ? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 10 février 2012

La Syrie et le Moyen-Orient à l’épreuve du veto

Après les Etats-Unis, « pionniers » en matière d’utilisation du veto pour bloquer toute condamnation des violations du droit international par Israël en Palestine et au Liban depuis des décennies, voilà que la Russie s’y met (avec la Chine) pour couvrir les atrocités du régime syrien contre son peuple dont le nombre de victimes a largement dépassé en moins d’une année les 7000 parmi lesquelles plus de 430 enfants. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 27 janvier 2012

Où va l'Iran?

Alors que Téhéran menace de fermer le détroit d'Ormuz et que l’Union européenne (après les Etats-Unis) lui impose de nouvelles sanctions, la tension monte d’un cran dans la région du Golfe et révèle un Etat de plus en plus isolé. Pour comprendre la situation, il faut rappeler ce qui a fait ces dernières années de l’Iran un acteur puissant, et néanmoins vulnérable, dans la région. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 6 janvier 2012

La Ligue Arabe: mission impossible?

Depuis une dizaine de jours, des observateurs arabes sont en mission en Syrie. Chargés de rédiger un rapport sur l’application du protocole entre la Ligue Arabe et la Syrie, ils devraient le rendre à l’occasion d’une réunion qui aura lieu au Caire ce samedi 7 janvier 2012. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 19 décembre 2011

De l'art dans la révolution syrienne

Les révolutions arabes ont réveillé une créativité artistique et un dévouement à travers l’art aux causes de la liberté. De la musique, des films, des vidéoclips, des caricatures, des tableaux et affiches naissent chaque jour et circulent sur la toile. Si ce phénomène a commencé en Tunisie avec les caricatures, les graffitis, et s’est développé en Egypte avec la musique et les animations, il a pris depuis une ampleur incomparable en Syrie. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr
Pour la Version Arabe de ce texte, veuillez cliquez ici

mardi 13 décembre 2011

Du pacifisme de la révolution syrienne

La majorité des militants syriens et des écrivains soutenant la révolution continuent à défendre son caractère pacifique face aux appels à la lutte armée pour renverser le régime. Neuf mois après le début des manifestations et rassemblements contre le règne des Assad, plus de 5000 citoyens ont été tués par les services de renseignements, la 4e division de l’armée et les Shabeeha (miliciens payés par le régime). Des dizaines de milliers ont été blessés, torturés et contraints à l'exil. Au moins 15.000 sont en prison dans des conditions effroyables. Le soutien de l'aspect pacifique de la révolution demeure essentiel selon deux points de vue: l'un politique et l’autre utilitariste. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 5 décembre 2011

Tunisie, Maroc et Egypte: des "islamistes" par les urnes

Les élections législatives en Tunisie et au Maroc ont confirmé la montée en puissance des « islamistes » qui se revendiquent de la mouvance des Frères musulmans. A ces derniers s’ajoutent en Egypte, plus grand pays arabe (et méditerranéen), les salafistes. Si ces résultats reflètent une réalité politique, il reste à voir quelle forme prendra l’exercice du pouvoir et comment les forces d’opposition entendent s’organiser pour occuper le terrain. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 26 novembre 2011

L’Egypte à la croisée des chemins

Près de 40 morts dans les manifestations en Egypte ces derniers jours. Le gouvernement démissionne, le Conseil suprême des forces armées nomme un nouveau premier ministre de l'ancienne garde du régime et annonce le maintien du premier tour des élections législatives dans neuf départements ce lundi 28 novembre. « La coalition des jeunes de la révolution » et les formations politiques qui la soutiennent annoncent la poursuite de la mobilisation jusqu'au départ des militaires, avec une très forte manifestation ce vendredi. La situation est alarmante et les rapports de force attendent la semaine prochaine pour commencer à se faire connaître. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr 

lundi 21 novembre 2011

Le régime syrien et ses théories du complot

Le régime Assad a toujours prétexté faire face à des complots et des agressions. Il n’a eu de cesse d’alimenter pour son compte ce fantasme afin de se rallier un public qui en est friand et à l’affut de la moindre manifestation qui nourrit un imaginaire peuplé de suspicion. Seulement, quand face à un soulèvement populaire réclamant des libertés, la réponse se solde par une répression féroce et sans appel (plus de 4000 morts, des dizaines de milliers de blessés, de refugiés, de disparus et de prisonniers souvent torturés), l’utilisation d’un tel argument frise le ridicule. Qu’en est-il de cette théorie du complot que le régime agite à tous vents ? Que disent les faits ? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 11 novembre 2011

Quand l’humour se met au service de l’idéologie

Fort de l’expérience de février 2006 lorsqu’il a republié les fameuses caricatures de Mahomet du quotidien danois Jyllands-Posten en guise de solidarité, l’hebdomadaire français satirique Charlie Hebdo revient cette fois à la charge en publiant de nouvelles caricatures du prophète de l’Islam. Quelques jours plus tard, une attaque criminelle incendie ses locaux à Paris. L’histoire a fait couler beaucoup d’encre sur les musulmans et les arabes au moment même où, sur l’autre bord de la méditerranée, des millions d’hommes et de femmes posent les premières pierres de la vie démocratique. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

mardi 1 novembre 2011

Meurtres, statues et mensonges: la Syrie des Assad

Alors qu’une délégation gouvernementale syrienne a quitté Doha sans apporter de réponses claires à l’initiative de la Ligue arabe (exigeant entre autre le retrait des chars de l’armée syrienne des villes, l’arrêt de la violence, la libération des détenus, et le début d’un dialogue entre le gouvernement et l’opposition en Egypte pour trouver des issues politiques à la crise et lancer un chantier de réformes), l’armée syrienne et les services de renseignement ont tué en 72 heures plus de 70 citoyens dans les villes et villages « rebelles». Concomitamment, le régime de Damas a orchestré durant ces quatre derniers jours des manifestations de soutien à son président. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 24 octobre 2011

La fin d’un dictateur et la recherche du temps perdu

L’exécution de Kadhafi a tourné une page dans l’histoire contemporaine de la Libye. Elle a suscité des débats et des discussions dans la presse arabe comme sur les réseaux sociaux entre ceux qui la défendaient ou du moins la justifiaient, et ceux qui la critiquaient non pas par empathie pour le tyran déchu, mais par attachement au principe de justice et de jugement des crimes contre l’humanité commis par le colonel. Par ailleurs, la fin de Kadhafi représente pour les révolutionnaires – tout comme leur choix d’adopter dès le début de leur soulèvement le drapeau de l’indépendance – un pas vers le futur pour rattraper 42 années perdues. Tout se passe comme si en 2011, ils remettaient les compteurs à 1969. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 17 octobre 2011

Egypte : Contre-révolution et « question Copte »

A quelques semaines des élections législatives, les tensions politiques et sécuritaires dont  l'Egypte a été témoin ces derniers jours, les attaques contre des milliers de manifestants coptes dans les rues du Caire soulèvent un certain nombre de questions sur ce qui pourrait ressembler à un effet « contre-révolution ». Elles lèvent également le voile sur les multiples facettes de la discrimination contre les coptes. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 7 octobre 2011

L’histoire de Zeinab ou l’autre visage de l’Etat de barbarie

Le régime syrien, soutenu par les vetos russe et chinois au conseil de sécurité, accélère sa guerre sans pitié contre la révolution : assassinats, arrestations, siège des villes, coupures d’électricité, et même bombardements aériens. Il ajoute une nouvelle arme à son arsenal : des cadavres et de fausses identités. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr  

samedi 1 octobre 2011

Le Yémen au bord de la guerre civile

Au Yémen, toutes les médiations engagées ont jusqu’à présent échoué à trouver une issue à la crise. Le pays semble être au bord de la guerre civile. Un article de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

dimanche 25 septembre 2011

Ce qui fait la particularité de la révolution syrienne

Plus de six mois après le début de la révolution syrienne, retour sur un certain nombre de caractéristiques portant tant sur son déroulement, ses soulèvements que sur la façon dont le régime essaie de l’anéantir. Elles font l’exceptionnalité de cette révolution dans le printemps arabe… Un article de Nadia Aissaoui et Ziad Majed - Mediapart.fr

samedi 17 septembre 2011

Face au «printemps arabe», quid de l'Algérie ?

Beaucoup d’observateurs s’interrogent sur le sort du régime algérien dans un contexte régional qui a vu des régimes arabes indéboulonnables tomber les uns après les autres ou entamer des réformes tout azimut pour calmer la colère de leurs peuples.
Le printemps arabe  sème le trouble auprès des dirigeants politiques dans toute la région et réveille les consciences. Quelles répercussions  a-t-il eu en Algérie ?  Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 9 septembre 2011

Les soutiens du régime syrien

Après plus de six mois de contestations populaires pacifiques, le régime syrien tremble, mais s’accroche toujours au pouvoir à coup de répression féroce et de crimes contre l’Humanité. S’il arrive encore à se maintenir, c’est surtout grâce à des alliances internes et externes dont il sert les intérêts et partage parfois une vision de la politique et du pouvoir. Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 3 septembre 2011

La révolution syrienne: la liberté sinon rien

Au vu des ressemblances entre le régime libyen et le régime syrien, la chute de Kadhafi après 42 années de dictature a renforcé la motivation des révolutionnaires syriens. Ces derniers continuent, pacifiquement, à confronter un régime de plus en plus sanguinaire. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 13 août 2011

Un Etat des Lieux du Printemps Arabe

Huit mois après la chute de Ben Ali, sept après celle de Moubarak, leurs procès historiques commencent. A l’affût des révolutions et évolutions qui se poursuivent dans plusieurs pays arabes, quel est l’état des lieux aujourd’hui ? Qu’est ce qui a changé et quels sont les défis qui se précisent de plus en plus à Tunis, au Caire et à travers toute la région ? Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed, Mediapart.fr

samedi 6 août 2011

Ramadan en Syrie, c’est vendredi tous les jours

Le régime de Bachar Assad en Syrie a tué à la veille du mois de Ramadan plus de 100 personnes, en majorité dans la ville de Hama qui connaissait les plus grandes manifestations depuis quelques semaines. Durant les 5 premiers jours du Ramadan, 200 autres personnes ont trouvé la mort sous les balles et les bombes du régime, sans que cela n’affecte la détermination populaire. Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr